Guerre froide culturelle
Au plus fort de la guerre froide, le gouvernement des Etats-Unis consacra d’énormes ressources à un programme secret de propagande culturelle en Europe occidentale. Un trait essentiel de ce programme était de prétendre qu’il n’existait pas. Il était dirigé, dans le plus grand secret, par le bras armé (...)
Lire l'article ...
Un moyen essentiel des efforts de la CIA pour mobiliser la culture comme arme de la guerre froide était l’organisation systématique d’un réseau de groupes ou d’amis « privés » en un consortium non officiel. C’était une coalition animée de l’esprit d’entreprise des fondations philanthropiques, des (...)
Lire l'article ...
« Les livres sont différents de tout autre moyen de propagande, écrit un directeur du Covert Action Staff de la CIA, d’abord parce qu’un seul livre peut changer de manière significative la manière de penser et d’agir du lecteur, à un point inégalé par n’importe quel autre médium, ce qui fait que (...)
Lire l'article ...
En Europe, traditionnellement, le soutien provenait d’ « une élite au sein de la classe dirigeante[…]. L’avant-garde s’en croyait coupée, mais elle y était toujours attachée par un cordon ombilical en or ». Aux Etats-Unis, expliquait-il, le même mécanisme doit prévaloir. Le rapport réellement profond entre (...)
Lire l'article ...
Hopper et Parsons étaient des adeptes de « Liberté militante », formule qui désignait une campagne ultra secrète menée conjointement par le Pentagone, la Marine, le Conseil de sécurité nationale pour introduire le thème de la « liberté » dans les films (...)
Lire l'article ...
L’atmosphère antisoviétique et antimarxiste, liée à l’émergence de l’ère néolibérale, a détourné l’attention publique et fourni une excellente couverture aux guerres sales menées par la CIA en rendant « très difficile pour quiconque parmi les élites intellectuelles de mobiliser une opposition significative face (...)
Lire l'article ...



Hébergeur : Marsnet