POLYCLINIQUE

L’auteur couche la pensée sur la table de marbre du café. Longue observation : car il profite du moment où le verre – la lentille sous laquelle il examine le patient – n’est pas encore devant lui. Ensuite il déballe peu à peu ses instruments : stylo, crayon et pipe. La masse des clients, ordonnée comme dans un amphithéâtre, joue le rôle de son public d’internes. Le café, versé à titre préventif et absorbé de même, met la pensée sous chloroforme. Ce à quoi il pense, n’a pas plus à voir avec l’affaire elle-même que le rêve du patient sous anesthésie avec l’intervention chirurgicale. Des coupes sont prudemment opérées dans les linéaments délicats du manuscrit, le chirurgien déplace des accents dans les viscères, il brûle les excroissances du langage, et insère un mot étranger comme une côte d’argent. Pour finir, la ponctuation lui recoud le tout à petits points et il rétribue le serveur, son assistant, en liquide.

Walter Benjamin
Sens unique
1928
Traduction et adaptation : Hélène Colette Fontaine
Edition : images pensées


METATEXTE


Notes de traduction

Ça ne veut rien dire !!! En fait Benjamin s’amuse doublement : il accole le mot « behutsam » - qui connote à la fois « délicatesse » et « précaution » - au substantif pour exprimer, en fait, l’action de couper « délicatement/précautionneusement ». Il exprime ainsi en même temps que les linéaments sont « délicats » et que l’acte est « précautionneux ». Comment peut-on exprimer ça en français sans faire du charabia ?
Jeu de mots volontaire ou pas ? « bar » signifie « en espèces » mais aussi « bar » (bistrot) Le mot « espèces » chez les deux traducteurs est correct, mais ne rend pas le subtil jeu de mots de Benjamin sur « bar ».

TEXTE ORIGINAL

POLIKLINIK

Der Autor legt den Gedanken auf den Marmortisch des Cafés. Lange Betrachtung : denn er benutzt die Zeit, da noch das Glas – die Linse, unter der er den Patienten vornimmt – nicht vor ihm steht. Dann packt er sein Besteck allmählich aus : Füllfederhalter, Bleistift und Pfeife. Die Menge der Gäste macht, amphitheatralisch angeordnet, sein klinisches Publikum. Kaffee, vorsorglich eingefüllt und ebenso genossen, setzt den Gedanken unter Chloroform. Worauf der sinnt, hat mit der Sache selbst nicht mehr zu tun, als der Traum des Narkotisierten mit dem chirurgischen Eingriff. In den behutsamen Lineamenten der Handschrift wird zugeschnitten, der Operateur verlagert im Innern Akzente, brennt die Wucherungen der Worte heraus und schiebt als silberne Rippe ein Fremdwort ein. Endlich näht ihm mit feinen Stichen Interpunktion das Ganze zusammen und er entlohnt den Kellner, seinen Assistenten, in bar.


D’autres textes de Walter Benjamin sur la création Attention aux marches


D’autres textes de Walter Benjamin




Hébergeur : Marsnet