POSTCARD CHAT
Un échange épistolaire en John Berger et son fils Yves

Dans le Rogier van der Weyden, Marie est en train de lire sa future vie dans la Bible.
Van Gogh peint la Bible comme une nature morte.
Goya peint son modèle en train de poser mais encore habillé.
Les deux derniers sont tous deux une invitation.
Tous deux reposent ouverts sur une draperie.
Et combien similaires, dans leurs perspectives spatiales, sont leurs ouvertes invitations.

Love John













Il y a ce dicton en français : « Je peux lire en elle/lui comme dans un livre ouvert. » N’est-ce pas une manière très jolie d’exprimer ce désir que nous avons d’accéder à ce qui est à l’intérieur. A l’intérieur de ce que nous regardons et de son mystère. Nous souhaitons tellement pénétrer le monde extérieur, non pas pour prendre son contrôle mais pour avoir le sentiment d’en faire plus profondément partie. Pour dépasser l’isolement que nous ressentons dans notre chair. La terrible frontière du corps. Regarde comment Soutine était obsédé par lire l’intérieur. « Le bœuf écorché » s’offre lui-même comme un livre ouvert aussi.

X Love Yves


Pour lire davantage

Postcard chat est un échange en cours.

Postcard chat part I entre John et Yves Berger

Postcard chat part II entre John et Yves Berger


A propos

Aussi bien peintre, critique d’art critique du monde de l’art, écrivain, essayiste, John Berger échange avec son fils Yves, peintre. Ils ont déjà écrit ensemble Rondo aux éditions de l’Olivier.

Pour découvrir le travail d’Yves Berger et sa peinture

D’autres textes de John Berger sur le Point de graissage
Une lettre pour Rosa Luxemburg
L’exil
Dialogue avec Spinoza extrait du Journal de Bento,
La réussite ou l’échec de Picasso
Voir le voir


D’image à image

Le bœuf écorché de Soutine vu et vécu par Chantal Montellier, La reconstitution




Hébergeur : Marsnet