PANORAMA IMPERIAL VIII

Celui qui ne se soustrait pas à la perception du déclin invoquera très vite une justification particulière à sa présence, à son activité, et à sa participation à ce chaos. Tant de réflexions sur la faillite générale, tant d’exceptions pour son propre champ d’activité, son lieu d’habitation et sa vision du moment. Presque partout s’impose la volonté aveugle de sauver de préférence le prestige de l’existence personnelle plutôt que de libérer celle-ci au moins de l’arrière-plan de l’aveuglement général par l’évaluation souveraine de son impuissance et de sa confusion. C’est pourquoi l’air regorge à ce point de théories sur la vie et de conception du monde et c’est pourquoi celles-ci dégagent dans ce pays une telle impression d’arrogance : c’est qu’en fin de compte elles servent presque toujours à valider une quelconque situation privée tout à fait insignifiante. C’est précisément pour cela aussi que l’air est tellement plein d’images trompeuses, de mirages d’un avenir culturel qui surgirait et s’épanouirait malgré tout du jour au lendemain, car chacun s’engage sur les illusions d’optique qui naissent de son point de vue isolé.

Walter Benjamin
Sens unique
1928
Traduction et adaptation : Hélène Colette Fontaine
Edition : images pensées


Texte précédant PANORAMA IMPÉRIAL Texte suivant

Panorama impérial, texte et contexte


METATEXTE


Notes de Traduction

Alors, là Benjamin fait fort dans le jeu de mots avec écho ! Le sens normal de « Augenblick » c’est effectivement « le moment », « l’instant », comme se sont contentés de traduire Lacoste et Joly et qui,à mon avis, ne veut rien dire tel quel. Mais « Augenblick », est composé de « Auge » (l’œil) et « Blick » (le regard). Benjamin s’amuse et, selon moi, il veut parler de la vision des choses qu’on a « sur le moment », « dans l’instant », peut-être « actuellement ». D’où ma proposition de dédoubler le mot et d’en faire « la vision + du moment ».

Lacoste et Joly disent « paralysie » . Ça me gêne un peu parce que « Verstricktheit » veut dire « enchevêtrement /complication/confusion » (même s’il est vrai que si on est empêtré dans quelque chose, on est vite paralysé), mais je préfère quand même « confusion » qui rend mieux l’idée d’être « empêtré » dans quelque chose.


TEXTE ORIGINAL

Kaiserpanorama VIII

Wer sich der Wahrnehmung des Verfalls nicht entzieht, der wird unverweilt dazu übergehen, eine besondere Rechtfertigung für sein Verweilen, seine Tätigkeit und seine Beteiligung an diesem Chaos in Anspruch zu nehmen. So viele Einsichten ins allgemeine Versagen, so viele Ausnahmen für den eigenen Wirkungskreis, Wohnort und Augenblick. Der blinde Wille, von der persönlichen Existenz eher das Prestige zu retten, als durch die souveräne Abschätzung ihrer Ohnmacht und ihrer Verstricktheit wenigstens vom Hintergrunde der allgemeinen Verblendung sie zu lösen, setzt sich fast überall durch. Darum ist die Luft so voll von Lebenstheorien und Weltanschauungen, und darum wirken sie hierzulande so anmaßend, weil sie am Ende fast stets der Sanktion irgendeiner ganz nichtssagenden Privatsituation gelten. Eben darum ist sie auch so voll von Trugbildern, Luftspiegelungen einer trotz allem über Nacht blühend hereinbrechenden kulturellen Zukunft, weil jeder auf die optischen Täuschungen seines isolierten Standpunktes sich verpflichtet.


Echos et influences

De Walter Benjamin à Adorno

« Car le cours du monde est perturbé. Celui qui s’y adapte prudemment participe du même coup à la folie, alors que celui qui reste en dehors saurait seul résister et mettre fin à toute cette absurdité. » Theodor Adorno

dormira jamais


Texte précédant PANORAMA IMPÉRIAL Texte suivant


Tous les textes du Panorama impérial

D’autres textes de Walter Benjamin




Hébergeur : Marsnet