PANORAMA IMPERIAL XIV

Les plus anciens usages des peuples semblent nous mettre en garde contre toute forme de rapacité envers les dons de la nature. N’étant pas nous-mêmes capables d’offrir quoi que ce soit à la terre-mère, nous devrions lui manifester notre respect en lui restituant une partie de ce qu’elle nous donne, avant de prendre possession de ce qui nous revient. C’est ce respect que traduit la libatio antique, dont c’est peut-être la tradition qui se perpétue dans l’interdiction de ramasser les épis oubliés et les raisins tombés à terre car ils profitent à la terre et aux ancêtres généreux.

À Athènes, il était interdit de ramasser les miettes du repas car elles appartenaient aux héros. Une société qui, poussée par le besoin ou l’avidité, arrache les fruits avant qu’ils soient mûrs pour les vendre à bas prix sur le marché ou qui a besoin de vider tous les plats pour se sentir repue, verra la terre s’appauvrir et devenir stérile.

Walter Benjamin
Sens unique
1928
Traduction et adaptation : Hélène Colette Fontaine
Edition : images pensées


Texte précédant PANORAMA IMPÉRIAL

Panorama impérial, texte et contexte


Tous les textes du Panorama impérial

D’autres textes de Walter Benjamin