UN PEINTRE DE NOTRE TEMPS

Si nous nions nos capacités, si nous en doutons, si nous nous les cachons ou si nous les exagérons, si nous les déguisons, bref si nous ne les acceptons pas, nous devenons des demi-hommes, sophistiqués, cyniques, des opportunistes. De tels sous-hommes abondent dans cette société, car c’est une société incapable de reconnaître ou d’utiliser les capacités de la grande majorité de ses citoyens. La reconnaissance des capacités de chacun devrait être un phénomène social externe ; c’est devenu une affaire personnelle et introspective.

John Berger, Un peintre de notre temps



Hébergeur : Marsnet